Au Havre les 11 et 12 juin 2022

En lice pour le prix Roman Ancres Noires

David Coulon Biotope, Cosmopolis

RÉPARER DES ÉPAVES
Il sort de prison. Nous ne connaitrons jamais son nom. Il a passé huit ans derrière les barreaux pour avoir accidentellement renversé un enfant , alors qu’il conduisait .Maintenant qu’il est libre , la conditionnelle lui permet un emploi d’agent d’accueil dans un garage où on aide les accidentés de la route , les naufragés de la nuit . Une vraie chance pour repartir du bon pied et trouver enfin la rédemption.
UN BUNKER ENFOUI SOUS LA TERRE
Une nuit, derrière le vacarme sourd du garage, un hurlement. Un long hurlement de terreur pure. Puis des vibrations, des coups portés sur une surface dure semblent sortir du sous-sol. Comme si des hommes et des femmes , en proie à la panique , celle de la nuit la plus obscure , étaient enfermés dans un bunker.
LA TRAQUE DE TROIS ENFANTS DISPARUS
Trois collégiens , dont les avis de recherches sont toujours diffusés , partout dans la ville . Une ville gangrénée par les monstres en liberté. Une ville dans laquelle cet homme cherche à fuir les démons de son passé.

Avis :
Un roman de David Coulon s’est du matériau brut, de la noirceur incandescente, un style qui en repoussera certain mais ravira ceux d’entre-nous qui aime les auteurs qui vont jusqu’au bout d’eux-mêmes ,fait partie de ces livres qui impriment une marque indélébile dans notre esprit.
Je recommande plus que chaudement.

Victor Del Arbol  La veille de presque tout , Actes Sud 

L’inspecteur Ibarra a été transféré depuis trois ans dans un commissariat de sa Galice natale après avoir brillamment résolu l’affaire de la petite disparue de Málaga. Le 20 août 2010, 0 h 15, il est appelé par l’hôpital de La Corogne au chevet d’une femme grièvement blessée. Elle ne veut parler qu’à lui. Dans un sombre compte à rebours, le récit des événements qui l’ont conduite à ce triste état fait écho à l’urgence, au pressentiment qu’il pourrait être encore temps d’éviter un autre drame.

À mesure que l’auteur tire l’écheveau emmêlé de ces deux vies, leurs histoires – tragiques et sublimes – se percutent de plein fouet sur une côte galicienne âpre et sauvage.

Une fillette fantasque qui se rêvait oiseau marin survolant les récifs, un garçon craintif qui, pour n’avoir su la suivre, vit au rythme de sa voix, un vieux chapelier argentin qui attend patiemment l’heure du châtiment, un vétéran des Malouines amateur de narcisses blancs…

Pascale Dietrich, Faut pas rêver, Liana Levi


Rêver d’un crime fait-il du dormeur un suspect ? C’est ce que n’ose imaginer Louise, depuis deux mois, réveillée en sursaut au beau milieu de la nuit par Carlos. Son compagnon parle dans son sommeil, en espagnol et avec véhémence. Il semble revivre encore et toujours la même scène, dont il affirme ne pas se souvenir au matin. Sans cet inquiétant désagrément, Louise serait certaine d’avoir enfin rencontré l’homme idéal : Carlos a quitté l’Andalousie pour exercer le métier de sage-femme à Paris. Que cache sa somniloquie ? Pour en avoir le cœur net, Louise dissimule près de son oreiller un enregistreur. Les premiers résultats de la judicieuse analyse des cauchemars, obtenus par son amie Jeanne à partir de la traduction qu’elle effectue, la placent face à une évidence troublante : la nuit, c’est un scénario meurtrier qui est rejoué, à Marbella. Un parfait lieu de vacances. Faut-il y aller ?

AVIS : divertissant mais superficiel et simpliste ….ne m’a pas fait rêver.
Une comédie noire et drôle
Une satire décapante et féministe
Un polar truculant

Harald Gilbers, La vengeance des cendres,10 /18

Berlin, hiver 1946, le plus froid que la capitale ait connu au XXe siècle. La guerre est certes finie mais l’Allemagne commence à peine à panser ses plaies, et les Berlinois manquent de tout, surtout de nourriture.

Dans cette atmosphère très tendue, des corps mutilés font mystérieusement surface aux quatre coins de la ville. Chacun a la peau couverte de mots écrits à l’encre, et une liste de noms inconnus fourrée dans la bouche. Le commissaire Oppenheimer est alors mobilisé pour mener l’enquête et découvre vite un point commun entre ces morts : ils avaient tous collaboré avec le régime nazi. À Oppenheimer de parvenir à retracer le passé du tueur, et à anticiper ses prochains meurtres.

Avis :
C’est le 4ème volet.
Absolument captivant et redoutablement documenté,

La Vengeance des cendres est un majestueux polar historique qui fascine autant qu’il instruit.

En ce terrible hiver 46, l’Allemagne panse ses plaies de la seconde guerre mondiale et commence à subir la guerre froide. Avec La vengeance des cendres, Gilbers réussit un remarquable roman policier historique.

Guénaël Leduc La nuit des lavandières, édition des Falaises

Un matin d’automne, le lieutenant Bauman est appelé sur une scène de « non-crime ». On a retrouvé une Mercedes vide de ses occupants, portes ouvertes. Le soir de cette même journée, il reçoit une enveloppe lourde de conséquences. Avec sa collègue Clémence Weber, ils vont tirer sur le fil qui va les mener dans les zones obscures de l’esprit humain. À travers cette histoire régie par les codes du polar se cache un regard posé sur l’enfance, ses méandres et ses blessures qui parfois ne cicatrisent pas.

AVIS :

Premier roman de Guénaël Le Duc, étonnant, déroutant et enthousiasmant. Un vrai page turner !

A obtenu le Prix de la Reine Mathilde à Cheux en 2021

Jean-Hugues Oppel, Noir Diamant, la Manufacture des Livres

Officier à la CIA, Lucy Chan a survécu à une explosion qui aurait dû lui être fatale. Comble de l’ironie, c’est l’agence qui l’emploie qui a décidé de cette frappe ciblée qui la condamnait. De quoi lui donner envie de passer pour morte et de disparaître. Mais il y a à la CIA une femme qui ne peut croire que Lucy soit une mortelle comme les autres. Son ancienne formatrice, Darby Owens, aujourd’hui sous-directrice à l’Agence, a bien l’intention de retrouver la jeune femme. Car un agent invisible, que tout le monde pense mort et qui ne figure plus dans aucun registre, peut parfois rendre des services inestimables. Justement, à la frontière franco-allemande, il faudrait aller voir ce qui se trame… De manigances secrètes en combats explosifs, Jean-Hugues Oppel nous guide sur les traces de deux femmes qui jouent un jeu trouble sur l’échiquier des tractations internationales.

AVIS : parfois drôle mais toujours intelligent, intéressant, enrichissant.

Un roman d’action, d’espionnage, un univers très masculin, où brillent deux femmes qui n’ont rien à envier aux hommes

Florence Rhodes Un autel rue de la Paix, éditions du Caïman

Pas de congé paternité pour le commandant Hamelin: Au cours d’un été caniculaire, il se lance aux trousses d’un tueur en série qui sévit aux adresses du plateau du jeu de Monopoly. Rue de Vaugirard, boulevard de la Villette, avenue Mozart, le compteur tourne, les cadavres s’empilent, et Abel Hamelin a la sensation oppressante que ce meurtrier, qui conserve toujours quelques cases d’avance, connaît tout de son passé, de ses fêlures et du secret familial qui le ronge. Dès lors, identifier l’assassin avant la rue de la Paix, en évitant lui-même la case prison, devient l’enjeu d’une partie où Hamelin a plus encore à perdre que la liberté, la vie ou la raison.

AVIS :
La part d’ombre d’Abel Hamelin est intéressante et bien pensée, elle nous rappelle combien sont douloureux les traumatismes de l’enfance. On les traîne toute sa vie. Il conditionne l’homme et la femme que nous devenons. Sans eux, Abel serait différent, plus « léger » mais il doit vivre avec et s’en accommoder. Devenir père va peut-être l’aider à passer outre, à se sentir plus fort, c’est ce qu’on lui souhaite !

Une intrigue prenante avec moult rebondissements où toutes les pièces du puzzle s’emboîtent à la perfection

Benoit Severac Tuer le fils La manufacture des Livres

Mathieu Fabas a tué parce qu’il voulait prouver qu’il était un homme. Un meurtre inutile, juste pour que son père arrête de le traiter comme un moins que rien. Verdict : 15ans de prison. Au moment de sa sortie, c’est son père qui succombe, suicide ou meurtre ?
Un atelier d’écriture en milieu carcéral, Mathieu Fabas se révèle assidu, passionné. L’animateur un romancier un peu déchu s’intéresse non seulement au contenu mais aussi à l’homme.
Une intrigue policière et psychologique qu’on ne lâche pas, trois enquêteurs Cérisol, Nicodemo et Grospierres. Trois hommes diamétralement opposés mais qui pourtant travaillent ensemble et trouvent un équilibre. Les flics sont des humains avec des réactions d’humains. Ça fait du bien.
L’enquête est passionnante, les interventions intéressantes. Une écriture d’un bon niveau avec des personnages érudits à la façon de Fred Vargas. Des allers retours futés et suffisamment addictifs. Une belle découverte pour moi. Je ne connaissais pas cet auteur ? j’ai beaucoup apprécié ce roman.

Anouk Shutterberg , Jeu de peaux, Plon

2019. À trente-trois ans, Juliano Rizzoni est un jeune peintre prodige encensé par la scène artistique contemporaine internationale. Jet-setter et jouisseur à l’extrême, il affole autant les Unes des tabloïds que les galeries prestigieuses du monde entier.
Initié au Japon à la technique du tatouage Irezumi, aussi violente qu’ancestrale, il signe dix tatouages d’art sur le dos de ses amant(e)s.
L’affaire prend une tournure inquiétante lorsque les peaux tatouées sont déposées anonymement chez Sotheby’s Paris pour une mise aux enchères hors norme.
En l’absence de corps, le commissaire Stéphane Jourdain et l’inspectrice Lucie Bunevial, sont saisis de l’enquête pour homicides multiples….
Une affaire sanglante et terrifiante qui les mènera d’un bout à l’autre de la planète dans le milieu de l’art contemporain.

AVIS :

Thriller original, richement documenté sur le monde du tatouage et bien écrit.

Un thriller vertigineux dans l’univers fascinant et inquiétant du tatouage traditionnel japonais

Romain Slocombe, L’inspecteur Sadorski libère Paris, Robert Laffont

Été 1944 : Sadorski a passé huit mois en prison. L’administration le libère en échange d’un rapport sur le transfert de l’ex-ministre Georges Mandel, otage des nazis, qui va être tué sous ses yeux. Crime ordonné par la SS ou par la Milice ? Peu après, un inconnu blessé est enlevé par des flics allemands en civil. L’inspecteur met ses adjoints sur l’affaire et l’un d’eux est abattu à son tour. Dans un bar tenu par des truands, Sadorski rencontre un jeune milicien qui semble être un pervers sexuel. Ce personnage va le mener à la plus terrifiante  » Gestapo française  » opérant dans ces dernières semaines avant la Libération…

AVIS : Un très grand personnage de salaud qui nous pousse à une immense compassion pour ses victimes.

Avec Romain Slocombe, c’est une plongée au milieu des balles et des tirs d’obus, mais surtout au cœur de la duplicité la plus noire. C’est encore plus réaliste qu’un film.

Votez pour le Prix Ancres Noires ! avant le 20 mai 2022

  • Odile Guernion invitée d’honneur Prix Roman Ancres Noires 2021

Et dans l’ordre alphabétique :

  • Michel Bussi
  • Christian Blanchard
  • Alexandre Civico
  • Luc Chomarat
  • Dominique Forma
  • Christophe Guillaumot
  • Philippe Huet
  • Philippe Marion
  • Roger Martin
  • Max Obione
  • Pierre Pourchairet
  • Jean B Pouy
  • Cay Rademacher
  • Françoise Saint Chabaud
  • Jacky Schwartzmann

En lice pour le prix  Bd Encres Noires

Ceka   Bibliomanie, éditions Varou

Céka a adapté en en BD le premier texte publié de Flaubert alors qu’il n’avait que 16 ans : « Bibliomanie », une nouvelle noire inspirée par l’univers d’Hoffmann.  Dans la deuxième partie du XVe siècle, les livres imprimés voient le jour et on s’arrache le premier tirage de la bible latine a quarante-deux lignes de Gutenberg. La mythique B42 ! Alors, quand un exemplaire apparaît en France, le ténébreux bibliomane Eustache Guillotin n’a plus qu’une seule obsession : la posséder, tel un « graal » ! Mais voilà, il n’est pas le seul…

Dobbs Hit the road, éditions Comix Buro

Reno, Nevada, 1969… Encore une histoire de vengeance qui tourne mal pour un homme qui vient tout juste de sortir de prison. Il retrouve son frère et va vouloir faire la peau à la cheffe de gang responsable de son malheur dans les environs de Reno, une ville du Nevada assez connue pour son jeu et ses mauvaises mœurs. Durs à cuire, beautés venimeuses et fusillades mortelles au programme…

Arnaud Floc’h  Mojo Hand, éditions Sarbacane

Louisiane, 1926. Wilson trouve un petit garçon abandonné dans le bayou et décide de le recueillir. Il a lui-même un jeune garçon du même âge, mais aveugle. Le petit garçon abandonné pourrait donc être le compagnon de jeu idéal pour le fils de Wilson. Mais voilà, il est blanc, et Wilson est noir… Et dans les Etats-Unis des années 1920, ça pose problème ! Mais la musique rapproche les garçons grâce à leur père qui échange ses poissons contre deux guitares. Les garçons finissent par se produire en ville.
Mais, seul l’un d’eux a un don pour la musique. Le fossé se creuse, la jalousie s’installe. Jusqu’à ce que tout dérape… A lire en savourant un air de blues !

Mako, Texas Exil, éditions Paquet

Mako adapte en dessin avec brio un récit de Didier Daeninckx :  pour fuir la Commune de Paris et les forces de l’ordre qui le traquent, Bravado, un  » communard », s’embarque du Havre vers le Nouveau Monde.  Il ignore qu’un sbire de Thiers a reçu pour mission de traquer et d’éliminer les anciens communards aux quatre coins du monde. Il débarque à New York à l’automne 1871…  Trahisons, traques, guets-apens, duels s’enchaînent … bref, tout ce qui fait le sel d’un bon western polar / classique…

Thomas Mosdi Ed Kemper, Dans la peau d’un tueur, éditions Robinson, Hachette

Ed Kemper est un serial killer américain surnommé « l’Ogre de Santa Cruz ». Cannibale et nécrophile, il a été condamné pour 8 meurtres dont celui de sa propre mère. Pas d’enquête ici. Ed participe à une expérience ayant pour but de lui faire revivre son vécu et ses actes en étant sous l’emprise d’une drogue. Le scénariste Thomas Mosdi et le dessinateur David Jouvent retracent le parcours du tueur en série qui a inspiré le personnage d’Hannibal Lecter dans le Silence des Agneaux, dans une Bd à la fois passionnante et terrifiante…

Joe G. Pinelli   Marguerite, éditions Martin de Halleux

Vingt-cinq images pour une histoire sans paroles… Cherchez le peintre, cherchez le modèle…En février 1934, la gauche manifeste contre le fascisme montant. En cette journée annonciatrice du Front populaire, un peintre croise le regard d’une femme qu’il suit et dessine dans différents quartiers de Paris. Un jeu de séduction à la tonalité poétique s’instaure dans le Paris des années 30 … Un scénario subtil sublimé par l’encre de chine et le trait d’un talentueux dessinateur… et une fin ambivalente.

Votez pour le Prix BD Encres Noires avant le 20/ 05/ 22

Autres dessinateurs et scénaristes invités :

  • Gaet’s et Julien Monier pour la série RIP
  • Riff Reb’s
  • Jean-Pierre Levaray, invité d’honneur, Prix Bd Encres Noires 2021

En lice pour le Prix Jeunes Ancres

Edith, Le jardin de Minuit, éditions Noctambule

Tom Long est contraint de passer ses vacances chez son oncle et sa tante, car son frère a la rougeole. Ils habitent un appartement, situé dans un immeuble sur cour. L’ennui s’installe… Quand soudain, une nuit, un événement étrange se produit : l’horloge du hall sonne treize coups ! La cour a laissé place à un immense jardin…Tom s’y risque, il y devient invisible sauf aux yeux d’une petite fille de son âge, Hatty, vêtue d’une tenue du siècle dernier. Elle semble vivre dans un temps qui n’obéit pas aux lois chronologiques… Quel mystère se dissimule derrière ce bouleversement temporel ?…Philippa Pearce reçut, en 1958, la médaille de Carnegie pour ce roman qui s’imposa comme un chef-d’œuvre de langue anglaise. Edith en propose une adaptation ciselée. Elle use de son dessin comme d’une écriture afin de recentrer le récit autour de cette perception d’un paradis perdu et d’un espace d’éternité pour le retrouver.

Jeanne Faivre d’Arcier, Tempête au cap Ferret, éditions Syros

Margaux et son demi-frère Jules passent les vacances dans la vieille maison familiale de leur père, située au bout du Cap Ferret, tout près de l’océan. Depuis une lucarne du grenier, ils surveillent à la jumelle une grande demeure abandonnée qu’ils surnomment la  » Carabosse  » à cause de ses airs de château hanté. Un soir, ils sont surpris par une très violente tempête qui s’abat sur l’Aquitaine. Ils se retrouvent coincés dehors, près de la baraque en ruine, alors que la…

Malika Ferdjoukh série Le club de la pluie, éditions L’École des loisirs 

Une maison qui parle ? Une maison vivante ? Voilà qui est aussi incroyable qu’effrayant ! Dans sa chambre, la nuit, la pauvre Paméla, terrorisée, entend les murs lui chuchoter des menaces. Elle ne voit qu’une solution : appeler à l’aide ses amis du Club de la pluie ! Et vite. Sans attendre, le Club au complet – Milo, Nadget, Rose, Ambroise, leur chien Clipper et le petit singe Rouletabille – débarque à la rescousse sur cette île pleine de légendes et bousculée par les vents. Il leur faudra beaucoup d’astuce et de courage…

Anne Richard, L’écureuil et le haut chêne, éditions du Rocher

Willy l’écureuil vit dans une belle forêt de Normandie, il a construit sa maison tout en haut d’un grand chêne. Attention pas n’importe quel chêne ! C’est le plus ancien arbre de toute la forêt. Il a plus de mille ans et connaît toute l’histoire de France. Il raconte ses souvenirs à Willy. Son ami, le haut chêne est la mémoire de la forêt. Mais un danger menace. Les bûcherons veulent couper l’arbre pour agrandir la route… « Mais toutes les histoires vont disparaître, qui s’en souviendra ! » Willy et son ami le haut chêne vont trouver une solution magique pour sauver les histoires et les transmettre aux générations futures… Un joli conte écrit par Anne Richard et magnifiquement illustré et mis en musique. Dès 4 ans.

Caroline Triaureau, Olie-Thium et le secret d’ Avant, éditions La marmite à mots

A Petroville, il est interdit de parler du monde d’avant. Mais Olie-Thium veut savoir à quoi ressemblaient les arbus maladibus et qui étaient les hommes. Aidé de son ami Samramax et d’un étrange sage, le petit humanoïde est bien décidé à percer ces secrets.

Avec une police de caractères adaptée aux lecteurs dyslexiques.

Votez pour le Prix Jeunes Ancres ! avant le 20 mai 2022

Dominique Delahaye invité d’honneur Prix Jeunes Ancres 2021

—-

Le Festival s’invite aussi en région

Les auteurs normands sont à l’honneur !

Venez rencontrer des auteurs et découvrir quelques-uns de leurs secrets d’auteurs.

LISIEUX

Médiathèque de LISIEUX 

Dédicaces à la médiathèque de LISIEUX 

Samedi 11 juin 2022 : samedi Polar

de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30

avec Gilles DELABIE, 

François‐Michel DUPONT, 

Marc MASSE,

Jérôme LEFEVRE, 

Jean‐François FOURNEL,

Rodolphe GEISLER, 

Jean‐François PRÉ, 

Françoise SAINT CHABAUD,  

Robert VINCENT,  Brigitte VIVIEN   

Jeudi 9 juin à 18h15 : Film noir

En semaine : Jeux type escape game 

Samedi 11 juin à 15h00 : table ronde Le Polar historique, animée par la Médiathèque, 

avec

Gilles Delabie et Marc Masse  

Médiathèque André Malraux
Place de la République
14100 LISIEUX
02 31 48 41 00

HONFLEUR

Samedi 4 juin, à 15h : table ronde Polar et territoire, animée par la Médiathèque avec 

Jean‐François Fournel & Pierre GUINOT-DÉLERY

Gratuit sur inscription au 02 31 89 23 56 – Plus d’informations sur nos animations

Partenaires

Médiathèques de la région, de la communauté d’agglomération Lisieux/

Normandie, Librairie « la Curieuse » de Vimoutiers/Argentan

Pâtisserie Blandiot