m-feugueray-suicide-sur-les-galets-medium

Vendredi 18 mai
Les Ancres noires
et Cannibale Peluche vous invitent à  une soirée coréenne avec la projection de Memories of Murder de Bong Joon-Ho (2003) le vendredi 18 mai à 20 h 30 au Studio (Le Havre). Présentation et analyse filmique par Ludovic.

______________________________

Mardi 5 juin
au Studio à 20 H 30 avec analyse filmique de Youri Deschamps en avant première du festival Polar à la Plage, projection de La Prisonnière de Henri-Georges Clouzot ( 1968 )
« Je sais que La prisonnière va heurter, choquer, horrifier certains spectateurs. On criera à la provocation, au scandale. Pourtant, croyez-moi, la perversion existe, et pour la décrire sous son aspect opprimant et tragique, il me fallait aller aussi loin que possible, sans avoir peur de traumatiser le public. » Henri Georges Clouzot
Gilbert Moreau, artiste d’avant-garde, travaille pour une galerie d’art que dirige Stanislas Hassler, et vit avec la charmante Josée. Un concours de circonstances amène, un soir, Josée chez Stanislas, qui lui projette diverses photos dont un nu érotique qui choque et bouleverse la jeune femme. Elle tombe sous l’emprise de cette vision et ne tarde pas à solliciter Stanislas de la choisir comme modèle…
Un jeu de séduction trouble s’instaure où Josée se sent à la fois attirée et apeurée par Stan. Fascinée, elle le supplie de lui pardonner ses rigidités petites-bourgeoises. On est en 1968… Stan s’ingénie alors à tester chez Josée ses facultés à être dominée. En anglais le verbe ‘to hassle’ signifie embêter, harceler. Clouzot aborde dans la Prisonnière, qui sera son dernier film, le thème de l’envoûtement, l’emprise, la séduction. En 1969 Yasuzô Masumura exploitera le syndrome de Stockholm dans « La Bête Aveugle », un film au dépouillement esthétique saisissant, déjà projeté au Studio à l’initiative de Cannibale Peluche.
Réalisateur : H-G Clouzot, 1968, Origine : France, Durée : 105 minutes, Musique : Gilbert Amy, Mahler, Xenaris, Interprètes : Elizabeth Wiener, Laurent Terzieff, Bernard Fresson, Dany Carrell, Danièle Rivière

______________________________

Nuit du court

Jeudi 14 juin

à 20 h 30 au cinéma du Sirius commencera la soirée du court-métrage noir ou policier dans le cadre du festival Polar à la plage 2018.

Du lourd, du bien noir sans oublier l’humour….. noir bien sûr !

Cette année, beaucoup de films inscrits et pas seulement normands. Il a bien fallu trancher. Ce fut difficile pour l’équipe organisatrice car tous avaient leurs qualités.

Le jury est constitué pour pouvoir décerner le prix « regards caméra » et le prix « premières prises, sous la présidence de Marc Villard, auteur invité cette année au festival.
7 films dans la catégorie « regards caméra » et 5 films dans la catégorie « premières prises » sont en lice.
Et cette année, un prix coup de cœur du public sera attribué aussi ! Vous pourrez voter pour le court-métrage que vous avez le plus apprécié.
Pendant la délibération du jury, vous pourrez voir des courts-métrages professionnels et celui du lauréat de l’an dernier « Elle hache ! » de Max Obione.
Une très belle soirée en perspective ! Venez nombreux le jeudi 14 juin à 20 h 30 au Sirius.

___________________

15 juin au Studio 20 h 30 dans le cadre du Festival Polar à la plage

Un flic sur le toit, affiche

Un Flic sur le Toit de Bo Widerberg ( 1976 )
« A Stockholm, en pleine nuit, le lieutenant de police Nyman est assassiné dans sa chambre d’hôpital. L’inspecteur Beck et son équipe tentent de démasquer le tueur. Beck découvre que Nyman avait la réputation d’une brute tortionnaire, suite à son passage dans l’armée… Un Flic sur le Toit est l’adaptation inventive d’un roman de Sjöwall et Wahlöö, deux grands auteurs suédois de romans policiers. C’est un thriller époustouflant, mené avec maestria sur un rythme tantôt nonchalant, tantôt infernal par un réalisateur au sommet [ … ] de son art. Le film de Bo Widerberg a, pour un film policier, cette particularité de se passe uniquement au sein de la police. » ( Claude Benoit, Jeune Cinéma juillet 1977 )
Per Wahlöö et Maj Swöwall connus pour leur écriture à quatre mains ont, avec leurs dix romans policiers, laissé une marque indélébile dans l’histoire du polar scandinave. Ils sont à l’origine de ce qu’on a pris l’habitude d’appeler le ‘Nordic Noir’… Bo Widerberg a porté à l’écran leur ‘Den Verdervärdige Mannen frän Säffle’ ( ‘l’Abominable Homme de Säffle’ ) ( 1971 ) sous le titre ‘Un flic sur le Toit’.
« Le réalisateur engagé de ‘Adalen 31’ ne pouvait se contenter de faire un simple film d’action. Cette histoire de ‘famille’ est, bien sûr, un authentique thriller, efficace, bien rythmé, réalisé avec des moyens hollywoodiens. C’est aussi un constat accablant des méthodes policières, les réflexes corporatistes qui permettent de couvrir interrogatoires poussés et ‘bavures regrettables’. Enfin, c’est une réflexion intelligente et sans ambiguïté sur l’ordre et la violence dans nos sociétés contemporaines. » ( Gérard Camy- octobre 2010 )
La projection du film au Studio le vendredi 15 juin 2018 au Studio à 20 h 30 se fera en présence de deux auteurs suédois présents au 16e Festival du Polar à la Plage : Tove Alsterdal ‘ Dans le Silence Enterré ‘ et Johan Theorin ‘ Froid Mortel ‘. Ils réagiront au film, évoqueront l’héritage de Sjövall et Wahlöö, le Nordic Noir… Vous pourrez les retrouver le samedi et le dimanche à la plage de 14 h à 18 h 30.

Enregistrer

Publicités