_ Tu fais bien le même circuit, ma fille ?

_ Mais oui maman, t’inquiète ! Le sentier que je prends est un vrai boulevard. De toutes façons, j’ai mon portable et ma bombe lacrymogène. A plus !

Bénédicte court tous les dimanches matins dans la forêt qui jouxte le lotissement où sa famille habite. Elle aime l’odeur des bois à l’automne, elle aime sentir craquer sous ses pieds les brindilles et les feuilles mortes, elle aime écouter les oiseaux chanteurs. Courir seule lui procure un extraordinaire bien-être, l’oxygène dont elle a besoin pour la semaine.

Cette rentrée scolaire s’annonce bien, avec des profs plutôt sympas et la bande de copains qu’elle retrouve tous les ans depuis la maternelle. En principe, c’est sa dernière année de lycée. Après, le bac en poche, sa vie prendra un cours différent.

De temps en temps elle s’arrête pour reprendre haleine et pratiquer quelques étirements. Qu’il fait beau aujourd’hui !

Bénédicte s’étire. Elle est à mi-parcours et ses jambes commencent à se fatiguer. Un craquement, suivi de bruits indistincts. Des cris étouffés ? Des plaintes ?

Sa mère, dont l’anxiété est légendaire, lui dirait de reprendre sa course. Mais elle a une fille curieuse et plutôt téméraire.

Bénédicte quitte le sentier balisé et s’enfonce dans les buissons en direction des bruits. Un autre craquement, plus proche. Une clairière. Personne.

Vaguement déçue, l’aventurière s’apprête à rebrousser chemin lorsque le battement d’aile d’un corbeau lui fait lever les yeux …….

 

 

 

 

Publicités