Aide pédagogique / traduction

 

Large ciel bleu. Soleil miroitant sur l’eau. Il ne subsistait aucune trace du violent orage qui avait traversé la ville la nuit précédente. Ce matin, l’air rafraîchissant était plein de promesses en ce premier jour des vacances d’été. Il s’agissait peut-être pour Dom des dernières vacances qu’il allait passer ici puisque dès la fin septembre il entamerait ses études universitaires dans une ville située à des centaines de kilomètres de là. Il avait bien l’intention de profiter de chaque instant, d’où cette promenade matinale en compagnie de son chien Bruce le long de la plage afin de se rendre compte des dégâts que l’orage avait peut-être provoqués.

A deux cents mètres de lui, Ann qui débutait le premier jour de son emploi saisonnier préparait à l’intention des touristes des tables en terrasse d’un café qui donnait sur la promenade maritime. Elle essuyait les toiles cirées, remplissait  récipients à ketchup, pots à moutarde, salières et poivriers, plaçait couverts et serviettes. Pendant son travail, son regard s’échappait sans cesse vers l’horizon bleu azur. Elle avait envie d’être sur un bateau qui la mènerait vers des contrées lointaines. Son avenir à elle était moins certain que celui de Dom. Certes, elle avait une place garantie à l’université. Mais elle avait d’autres obligations ici même qui l’angoissaient. Si seulement elle recevait une réponse…

Elle était si absorbée dans ses pensées qu’elle ne reconnut pas aussitôt la silhouette si familière qui courait vers elle sur le sable. Dom avait pratiquement gravi les marches qui menaient de la plage au café quand le bruit de ses pas et le chien qui gambadait derrière lui attirèrent son attention. On aurait dit que Dom avait les cheveux dressés sur la tête. Il avait les yeux écarquillés.

‘Ann !’ fit-il, ‘tu vas jamais croire ce que j’ai trouvé là bas…’

Publicités