EDOGAWA RANPO ( 1894 – 1965 ) né Taro Hirai

edogawa-ranpo

Après des études en économie à l’université Waseda ( Tokyo ) Taro Hirai devient bouquiniste, journaliste, écrivain amateur de Conan Doyle et très influencé par Edgar Allan Poe auquel il voue une admiration sans limite au point de choisir Edgar Allan Poe comme nom de plume. La transposition phonétique  en japonais du nom du célèbre auteur américain Edoga Aran Po  semble signifier ‘promenade sur la rivière Edo / d’Edo’. Edowaga est aussi le nom d’un quartier de Tokyo. Claude Mesplède dans le Dictionnaire des Littératures Policières rappelle que Edogawa Ranpo faisait suivre sa signature de la phrase  « Le monde visible est chimère, la réalité se trouve dans les rêves de  la nuit. »

Le Prix Edogawa Ranpo qui récompense des romans policiers a été créé par Edogawa Ranpo lui-même à l’occasion de son soixantième anniversaire. Ranpo est donc l’un des fondateurs du roman policier d’investigation pour le grand public. Ses livres dépassent cependant le simple divertissement grâce à leur profondeur psychologique.

La Proie et l’Ombre ( 1998 ) – Inju ( 1925 )

Sous sa nuque, le col écrasé de son kimono m’offrait une vue plongeante dans le creux de ses reins : les violentes zébrures qui balafraient sa peau blanche et moite, se perdaient au plus profond de l’échancrure. Toute son élégance avait disparu et il émanait d’elle une étrange impression d’obscénité qui me subjuguait.

Dans ce roman très célèbre, subtil jeu de miroirs où le narrateur, Ranpo Edogawa lui-même, cherche à élucider un meurtre commis par un autre auteur de littérature policière, on retrouve  – comme dans tous ses romans – une curieuse alchimie entre une intrigue rigoureuse et une narration envoûtante, dans des mises en scène fantastiques et obsessionnelles ( fétichisme, voyeurisme, sadisme et perversions sexuelles ).      Babelio

 

La Bête Aveugle Moju ( 1931 )

Un masseur aveugle, fasciné par la perfection du corps féminin, entraine ses victimes de rencontre dans des mises en scène cruelles et perverses où les plaisirs sensuels et les amours troubles deviennent très vite des jeux douloureux, [ … ] plaisirs extravagants d’un esthète qui célébrerait l’art dans un monde de beauté purement tactile. Il en sera ainsi jusqu’à ce que l’ennui et la lassitude gagnent l’infirme et le poussent au meurtre de ses maîtresses.                     Senscritique

 

La Bête Aveugle ( Moju ) est un film japonais adapté du roman de 1931 réalisé par Yasuzo Masumura ( 1969 ). C’est un huis clos surréaliste à deux personnages qui illustre la fascination de la victime pour son bourreau ( attirance – rejet ) dans le studio d’un sculpteur aveugle rempli de statues conçues à partir de parties du corps de ses prisonnières…

Bonne lecture. Bon voyage.

Publicités