IRA ISHIDA ( 1960 –           )

 ikebukuro-west-gate-park

Ira Ishida, diplômé de l’université de Seikei. Il travaille dans des sociétés de production, la publicité et devient  romancier, acteur et présentateur TV. En 1997, son premier roman Ikebukuro West Gate Park remporte le 36e prix All Yomimono. En 2003 il reçoit le prix Naoki pour 4-Teen.

Ses romans décrivent la culture des jeunes au Japon, en particulier les femmes jeunes et les ‘otaku’° sans éducation scolaire. Plusieurs de ses œuvres ont été adaptés sous la forme de manga et aussi à la télévision. En tant qu’acteur il fait sa première apparition dans un rôle principal dans Love My Life ( 2006 )

° Ce terme désigne aujourd’hui (au Japon) une personne simplement fanatique de culture japonaise actuelle, notamment dans les domaines du manga, de l’animation et des jeux vidéo, qui se replie sur elle-même et ne vit plus que pour une passion : poupée, culte d’une « idole », ordinateur, jeu vidéo, jeux en ligne…

 

 Ikebukuro West Gate Park  (Trilogie Tome 1- 2005 / Tome 2 ( 2009 ) / Tome 3 ( 2010 )

Bienvenue à Ikebukuro West Gate Park. Un square ouvert aux aventuriers urbains, à la sortie ouest de la gare d’Ikebukuro. C’est là que Makoto et ses amis ont établi leur QG. Makoto a dix-neuf ans, et c’est un trouble shooter, ‘un ‘solutionneur d’embrouilles’. Des embrouilles, il n’en manque pas dans ce quartier où se rencontrent gamins à la dérive, yakuzas, filles perdues et clandestins dans le Japon de l’envers. Avec pour seules armes son énergie et sa débrouillardise, Makoto résout les énigmes, vient en aide à ceux qui sont en détresse, et tente de ramener la paix dans les rues menacées par une sanglante guerre des gangs… Si Ikebukuro West Gate Park a obtenu le Grand Prix de littérature policière au Japon, il dépasse de loin le cadre du roman policier. Quand on referme le livre, on a l’impression de connaître par cœur ce quartier de Tokyo, chacune de ses ruelles où se côtoient bars à karaoké et love-hôtels, on s’est attaché à chacun de ses habitants. Par petites touches incisives d’un pinceau très rapide, Ishida Ira a produit une œuvre extrêmement originale, dont la toile de fond plutôt noire s’éclaire de soudaines bourrasques de soleil.

Babelio

 

Bonne lecture. Bon voyage.

 

Publicités