Les dessinateurs ci-dessous concourent pour le prix Encres noires.

Disparitions – Tome 2 : LA SUITE DE Skolem, dessins de Marek et scénario de Jean-François Kierzkowski

Editions Pirate

la-suite-de-skolem

Un être vêtu de noir et au visage monstrueux apparaît comme par enchantement dans les endroits les plus incongrus du globe puis disparaît aussitôt. Ratmir, homme vieillissant et son neveu plein de fougue, Roldek, tentent de résoudre cette énigme à travers l’Europe de l’Est. il ne leur faut pas longtemps pour comprendre que la date et le lieu d’apparition suivaient une suite mathématique appelée « la suite de Skolem ».
Le second tome continue une course-poursuite endiablée sur les traces des apparitions mystérieuses de l’homme en noir. Fin saisissante d’un diptyque fabuleusement construit, mêlant mystère et humour.

Marek a fait ses études à Nantes, en graphisme publicitaire. Depuis quelques années, ce dessinateur et scénariste, est revenu à sa première passion, le dessin. Avec plusieurs amis, ils ont créé un collectif d’auteurs, sous le nom des Editions Pirates. Il participe régulièrement à des collaborations en tant qu’illustrateur, comme pour la collection Agatha Christie, proposée par Emmanuel Proust Éditions. Depuis 2008, Marek a travaillé sur cinq albums de la collection. En 2015, il a signé son premier projet personnel, réalisé de A à Z (scénario et illustrations), une BD intitulée « La suite de Skolem »

 

RIP – Tome 1 : DERRICK – je ne survivrai pas à la mort, scénario de Gaet’s, dessins et couleurs de Julien Monier

Editions Petit à Petit

rip photo 2Des gens meurent parfois dans l’indifférence générale.
Ces gens qui n’ont pas de famille, pas d’entourage, pas d’ami. Ils vont parfois rester longtemps chez eux avant qu’on ne les découvre. Heureusement la société qui emploie Derrick et ses collègues est chargée de faire le ménage avant que toute la famille ne défile. Ce qu’ils découvrent n’est pas toujours beau à voir…

Et voici le lien vers la bande annonce de RIP

 

50690921_10155832546980636_4413624967371948032_nGaet’s (de son vrai nom Gaëtan Petit) est né en 1986 à Rouen, en Normandie.
Il partage sa vie à s’occuper de rhinocéros, girafes, lions, zèbres… au sein de la Réserve Africaine de Sigean dans l’Aude et aux scénarios de bandes dessinées aux éditions Petit à Petit.
Il participe à plusieurs collectifs en BD  retraçant la vie d’artistes musicaux tels que les Beatles, Bob Marley, Nirvana, The Doors, les Clash… mais il écrit aussi des contes pour enfants. ( arabes, africains, tibétains, celtes…)
En 2013, il reçoit le prix SNCF du polar pour l’album « Un léger bruit dans le moteur » avec Jonathan Munoz aux dessins.
En 2018, il lance sa première série polar en 6 tomes : RIP

Julien Monier est né en 1980 dans la région parisienne où il a fait des études de sociologie. Depuis toujours attiré par les domaines artistiques, c’est d’abord à la musique qu’il se consacre au sein d’un groupe en chantant et en jouant du trombone. Le dessin prend ensuite vite le pas. Ainsi, il commence à illustrer des livres jeunesse, (notamment : Mnémo, le gardien des mots ou le cirque des animaux sauvages) puis des bandes dessinées à l’univers plus sombres et atypiques.

BD : – En attendant l’aube T1&2 (2012) – Sang noir (2013) – La faucheuse des moissons T1, 2 & 3 (2014) – Fatalitas (2016) – Gant Blanc (2016) – Gant Noir (2017) – Guide de Paris en BD (2017) – Guide de 14-18 en BD (2018) – RIP (2018)

 

L’HOMME DE L’ANNEE – Tome 13 : 1888, le véritable Jack l’éventreur, scénario de Céka, dessins de B. Blasco-Martinez

Editions Delcourt

couv-1888-t13Couverture de Nicolas Siner

1888. Londres. Un mystérieux assassin s’attaque aux prostituées de Whitechapel, dont les corps sont retrouvés atrocement mutilés. Malgré des centaines d’interpellations, Scotland Yard échoue à arrêter celui qui va devenir le plus emblématique des tueurs en série. Un châle maculé de traces ADN révèle, plus d’un siècle après l’affaire, l’identité du fameux Jack l’Éventreur…
© Alan Aubry - Département de la Seine-Maritime

Après une première vie dans la publicité, Céka décide il y a 15 ans de retourner à sa passion de jeunesse : la BD. Aujourd’hui, il a à son actif près de 70 albums chez une dizaine d’éditeurs différents et a été nominé en 2011 à Angoulême pour son album « Lutte Majeure ».

« J’ai longtemps couru après la Bande Dessinée, comme on court après une jolie jeune fille, un amour de jeunesse. Car, il faut l’avouer, au début, notre histoire a été un peu compliquée… Faite de rencontres ratées !
Pourtant, avec un 20 sur 20 à mon Bac B en dessin et la réussite du concours d’entrée de l’Ecole des Beaux-Arts d’Angoulême, on aurait pu croire que l’affaire était pliée, mais non, la vie en a décidé autrement ! Que voulez-vous, j’ai toujours préféré les virages aux lignes droites…
Diplôme de communication en poche, je suis allé voir sa copine, la publicité. OK, je sais, cette incartade est limite correct. Mea culpa, mea culpa…
Mais, à posteriori, bien m’en a pris… Créatif côté mots, j’ai appris à débrider mon imagination et ma créativité, à manier le verbe et dompter les mots. J’ai aussi appris à travailler en binôme avec mon alter ego des images, le Directeur Artistique.
En fait, sans le savoir, j’étais en train de faire mes armes pour mon futur métier de scénariste BD. Et, après une quinzaine d’années passées dans la publicité, j’ai enfin dit « oui » à ma passion de jeunesse : le scénario BD !
Depuis, je partage mon temps entre l’Edition, la Presse et les Interventions BD. Ma passion et moi, nous filons le parfait amour… Bon, c’est vrai, ce n’est pas toujours rose, la BD étant une passion exigeante. Mais que voulez-vous, comme je le disais, j’ai toujours préféré les virages aux lignes droites.
Et puis, avouons-le : que serait la vie sans passion ? »

 

SUCCUBES – Tome 7 : Diamante, scénario de Thomas Mosdi, dessins de Luca Sotgiu,  Mateo Simonacci et Francesco Mucciacito

Editions Soleil

diamante‌‌Paris, 1766. Diamante assiste à l’enterrement d’Olympe, sa soeur aînée effroyablement assassinée de 41 coups de couteau. à l’issue de la cérémonie , elle est abordée par une inconnue qui prétend pouvoir l’informer sur les circonstances mystérieuses qui ont entouré le meurtre. Mais l’enfer est parfois pavé de bonnes intentions ! Issue de la haute bourgeoisie, se conformant docilement à ses règles et bienséances, la jeune Diamante se trouve dès lors confrontée au monde des libertins sur lequel règne en maître le divin marquis, Donatien Alphonse François de Sade ! Album à ne pas mettre entre toutes les mains !
Les dessins sont signés par l’équipe italienne formée par Luca Sotgiu et Francesco Mucciacito. Les deux illustrateurs se complètent ici pour une mise en images chaudement colorisée, via un réalisme qui se veut historiquement concluant.
avt_thomas-mosdi_523Thomas Mosdi débute sa carrière artistique comme musicien puis auteur de jeux de rôles. Grand raconteur d’histoires, il signe notamment pour Vents d’Ouest les scénarios de « L’Ile des Morts » (1991) en collaboration avec Guillaume Sorel, « Xoco », qu’il débute en 1994 avec Ledroit puis Palma, « Mort à Outrance » (1995). Pour les Editions Glénat, il reprend le scénario des « Héritiers du Soleil » (1996), avant d’écrire « Malienda (2001), tandis que deux autres de ses récits paraissent aux Editions Delcourt, « Korrigans » (2000) et Serpenters (2001). Puis, il signe « Les Passants du Clair de Lune », nouvelle série Loge Noire dessinée par Paturaud, « Triade » dessiné par Sonk, ainsi que « Chimères » avec Béhé chez Vents d’Ouest.

 

MARTIN EDEN ‌de Aude Samama et Denis Lapière

Editions Futuropolis

martin edenMartin Eden est le roman le plus autobiographique de Jack London. Martin Eden est un jeune marin né dans les bas-fonds d’Oakland. Un soir, il défend un jeune homme lors d’une rixe. Celui-ci, fils d’une famille aisée, l’invite chez lui à dîner pour le remercier. À cette occasion, Martin rencontre sa sœur, Ruth Morse, jeune fille délicate, dont il tombe amoureux. Il décide de s’instruire pour la conquérir. Petit à petit, d’abord pour lui plaire, puis avec le goût d’apprendre toujours davantage, il devient un homme cultivé et s’efforce de devenir célèbre en devenant écrivain. Malgré le talent qu’il pense avoir, il n’arrive pas à vivre de sa plume. Tous ses manuscrits sont refusés. Ruth le quitte.

Martin n’a plus le goût d’écrire, mais brusquement il devient un auteur à succès…

aude_samama_71547_fibdAude Samama est une habituée de notre festival. Cette talentueuse illustratrice travaille sa peinture jusqu’à l’épure, avec pour inspiration l’expressionnisme allemand ou Lorenzo Mattotti.
Chaque case est un tableau !

 

 

 

 

Sera également présent aussi (hors concours) :

No Limit

Projet porté par Dominique DELAHAYE

photo de no limit

Un livre disque en hommage à Art Pepper.

Art Pepper est un immense saxophoniste.

C’est la lecture du texte magnifique Straight life, la biographie qu’il a écrite à quatre mains avec sa femme Laurie, autant que l’écoute de ses fantastiques enregistrements, qui ont donné envie à des auteur(e)s, musiciens et illustrateur(trices)s de se lancer dans l’aventure de ce livre/disque en hommage à ce grand du saxophone alto.

La discographie prolifique d’Art Pepper est un voyage à travers le jazz : swing, bop, free, latin, funk, ballades. Douze compositions ont inspiré des nouvelles qui ont été illustrées.

À travers les textes et les arrangements des titres choisis, l’étonnante modernité de la musique et de l’écriture d’Art Pepper est montrée.

LES AUTEUR(e)S

Douze auteur(e)s ont accepté de mettre leur talent au service de cette aventure. Chacun a imaginé une nouvelle, à partir d’une composition d’Art Pepper.
Ils et elles sont tous et toutes des plumes de la littérature noire : Laurence Biberfeld, Anne Céline Dartevel, Dominique Delahaye, Pascale Dietrich, Sylvie Granotier, Patrick Pécherot, Dominique Sylvain, Jean Bernard Pouy, Christian Roux, Gérard Streiff, Emmanuelle Urien, Marc Villard.

LES ILLUSTRATEURS (trices)

Les nouvelles seront toutes illustrées par un dessin original en noir & blanc. Douze illustrateurs et illustratrices nous apporteront leur imaginaire et leur univers graphique particuliers. Ils et elles sont connus dans le monde de l’illustration et de la BD : Léonie Bischoff, Nathalie Bodin, Jean Christophe Chauzy, Laurence Clement, Kokor, Mako, Chantal Montellier, Anthony Pastor, Jeff Pourquié, Iris Pouy, Aude Samama, Silex.

LES MUSICIENS 

Marc Minelli et Dom Delahaye, ont joué ensemble dans divers projets musicaux et théâtraux, mêlant jazz, chanson, musique africaine, musique électronique. Ils ont invité Florent Duval, Francis Jauvain et Arnaud Lécrivain pour travailler à des versions inédites, sous influence électro-jazz, tout en respectant l’esprit de la musique d’Art Pepper.

Silex (Alexis Delahaye) sera présent sur le Festival. 

Présentation du livre No Limit

 

 

 

 

Publicités